De nombreuses côtes, îles et îlots à explorer le long des côtes Caraïbe et Pacifique

Le Panama est une bande de terre étroite (par endroits large de moins de 60 km) qui sépare la Mer des Caraïbes, au nord, de l’Océan Pacifique, au sud. Le pays offre donc l’opportunité d’explorer deux écosystèmes marins complètements différents, chacun avec des paysages sous-marins spécifiques et des espèces uniques.

Découvrez sans attendre les meilleurs spots de palmes-masque-tuba du Panama!

Aerial view of Granito de Oro, Coiba National Park
On trouve dans le Parc National de Coiba certains des plus beaux spots de snorkeling de la côte Pacifique du Panama (ici, une vue aérienne de Granito de Oro).

Snorkeling sur la Côte Pacifique du Panama

Le sud du Panama présente environ 1600 km de côtes donnant sur l’Océan Pacifique, mais en raison d’une visibilité sous-marine souvent mauvaise près du continent, c’est surtout sur les îles situées au large que l’on fait du snorkeling.

Le Parc National Coiba, à environ 1h15 de bateau de Santa Catalina, est souvent considéré comme la meilleure option pour le palmes-masque-tuba dans le Pacifique. Des eaux cristallines entourent ces îlots paradisiaques, particulièrement Granito de Oro et Isla Coco, que l’on peut visiter à la journée.

Leurs récifs permettent de voir de nombreux poissons, comme le très joli poisson-ange à barre blanche, mais offrent aussi de bonnes chances de voir des tortues imbriquées et des requins corail à pointes blanches.

A hawkbill sea turtle in Granito de Oro
Le tortues imbriquées sont communes autour de Granito de Oro.

A l’ouest d’Isla Coiba se trouve le Parc National du Golfe de Chiriqui, un autre paradis sous-marin. Etabli en 1994, il protège 25 îles et autant de récifs coralliens peu profonds.

Une grande diversité de poissons récifaux ainsi que des tortues marines vous attendent autour des îles. Parida, Gámez, Bolaños et Bolañitos, que l’on rejoint facilement en bateau depuis Boca Chica, sont les plus visitées.

Blacknosed butterflyfish at Isla Bolanos
Un papillon à nez noir photographié sur le récif d’Isla Bolaños. Les coraux sont rarement colorés dans le Pacifique-Est.

Dans la partie est de la côte Pacifique, plusieurs îles émergent du Golfe de Panama. Isla Taboga, qui fait face à Panama City, est le spot de snorkeling le plus proche de la capitale. On peut y passer la journée en prenant le ferry ou en réservant une sortie en catamaran.

Les Pearl Islands, dans l’est du Golfe de Panama, on aussi un grand choix de sites de palmes-masque-tuba. C’est cependant à Isla Iguana, de l’autre côté du golfe, que l’on trouve les plus beaux spots. Cette petite île, à quelques encablures de la Péninsule d’Azuero, possède la seule plage de sable blanc de la région, et des eaux souvent cristallines.

Jewel moray at Isla Bolanos
Une murène ornée à Isla Bolaños.

Snorkeling sur la Côte Caraïbe du Panama

Sur la côte Caraïbe, à l’extrémité ouest du pays, l’archipel de Bocas del Toro et l’archipel des San Blas sont souvent cités comme les destinations les plus agréables pour le snorkeling.

Composé de 9 îles principales, d’une cinquantaine de cayes et de plusieurs centaines de minuscules îlots, l’archipel de Bocas del Toro offre de nombreuses possibilités de snorkeling, diversifiées et facilement accessibles.

Coral reef at Cayo Coral, Bocas del Toro
Cayo Coral présente un environnement typique de Bocas del Toro. Ce petit récif essentiellement composé d’éponges multicolores émerge d’un champ de gorgones.

Si l’on trouve à Bocas del Toro quelques récifs barrières composés de coraux durs (comme à Cayo Zapatilla), la plupart des récifs internes sont dominés par les coraux mous et les éponges.

Ces environnements très spécifiques peuvent être explorés à Cayo Coral (l’un des spots les plus visités de l’archipel), mais aussi par exemple à Old Bank et à Hospital Point. On y palme au milieu d’éponges, de coraux de feu, et d’une diversité de coraux mous et de gorgones.

Snorkeling at the edge of a mangrove in Panama
Snorkeling en bordure de mangrove à Restaurante Alfonso.

On trouve aussi à Bocas del Toro d’immenses mangroves et herbiers qui méritent le détour. Même si ces milieux ne sont pas aussi spectaculaires que les récifs, des espèces particulières, comme l’étoile-coussin des Caraïbes, le poisson-vache, les poissons-ballons, et une variété de crabes et de crevettes, peuvent y être observés.

En lisière de la mangrove, vous remarquerez que les racines sont souvent colonisées par une multitude d’éponges, de sabelles et d’anémones. Elles servent d’abri aux petits poissons, qui y passent plusieurs mois avant de rejoindre l’océan. Les spots conseillés pour explorer la mangrove sont Playa Estrella et Bocas Town.

Mangrove reef life
Une multitude d’êtres vivants sont fixés sur les fonds, entre herbiers et mangroves. Ici, sur le spot de Cocovivo.

Une grande partie des récifs de l’archipel de Bocas del Toro est protégée par le Parque Nacional Isla Bastimentos, et la plupart des spots se rejoignent en bateau (de nombreux excursionnistes proposent de vous y emmener depuis Isla Colón).

Attention tout de même, car la visibilité est très variable tout au long de l’année, et les récifs ont tendance à se dégrader rapidement sous l’effet du tourisme de masse.

School of Atlantic spadefish at Cocovivo
Un banc de disques portugais sur le site de Cocovivo.

Plus à l’Est, l’archipel des San Blas est constitué de plus de 350 cayes coralliennes, dont seules 60 sont habitées. Ces minuscules îles reculées, avec leurs quelques cocotiers et leur sable blanc léché par la Mer des Caraïbes, ont des airs de bout du monde.

La plupart des îles des San Blas sont bordées de jolis récifs coralliens accessibles à la nage depuis la plage (par exemple à Isla Diablo), et abritent aussi quelques épaves peu profondes, comme à Isla Perro Chico.

A shipwreck at Isla Perro Chico
L’épave d’Isla Perro Chico.

Les îles sont en effet habitées par les indiens Kunas qui ont établi sur chaque île leur propre règlement, proche de celui d’une réserve marine intégrale : la plongée bouteille, la chasse sous-marine et la pêche sont interdites. Seule la pêche à la ligne pour les populations autochtones est autorisée, ainsi que le snorkeling pour les visiteurs.

A school of blue tang at Isla Diablo
Un banc de chirurgiens bleus sur le récif d’Isla Diablo.

Que peut-on voir en faisant du snorkeling au Panama?

Les côtes Pacifique et Caraïbe du Panama ont chacune une ambiance sous-marine spécifique. Côté Caraïbe, on explore surtout des mangroves et de petits récifs de coraux et d’éponges.

Le poisson-ange gris, la murène tachetée, le poisson-papillon du nord et l’étoile de mer coussin font partie des espèces les plus fréquentes (et les plus emblématiques) des eaux caribéennes du Panama.

Cushion sea stars at Playa Estrella
L’étoile de mer coussin abonde sur de nombreux spots de la côte Caraïbe, comme ici à la bien nommée Playa Estrella.

Côté Pacifique, on rencontre surtout des fonds rocheux ponctués de quelques coraux durs. De nombreux poissons récifaux vivent aussi de ce côté du pays, comme le poisson-ange à barre blanche, le poisson-ballon pintade ou le papillon à nez noir.

C’est cependant la présence de nombreuses tortues imbriquées et de requins-corail qui attirent les amateurs de palmes-masque-tuba dans la région.

A blacktip reef shark at Granito de Oro
Les rencontres avec des requins-corail à pointes blanches ne sont pas rares sur la côte Pacifique du Panama, comme ici à Granito de Oro, dans le Parc National de Coiba.

Quand partir faire du palmes-masque-tuba au Panama?

Le snorkeling se pratique toute l’année au Panama, qui bénéficie d’un climat tropical et où la température oscille entre 24 et 30°C. La côte Caraïbe est beaucoup plus humide que la côte Pacifique, les précipitations y sont plus fréquentes et la chaleur omniprésente (30 à 35°C).

Mangrove roots covered with sponges and sabella in Bocas del Toro
Des éponges, des algues et des sabelles fixées sur des racines de paletuviers. Photo prise à Playa Estrella.

Pendant la saison sèche, de janvier à avril, l’humidité et la chaleur sont moins prononcées que pendant la saison des pluies. Pendant la saison des pluies (ou saison verte), de mai à décembre, les précipitations sont quasi quotidiennes.

La température de l’eau est constante (environ 28°C) sur les deux côtes, avec des variations de +/- 3°C en fonction des saisons et de la météo.

Plus de 500 spots ont déjà été publiés sur Snorkeling Report, mais de nombreux restent encore à ajouter! Vous pouvez vous aussi contribuer à remplir notre atlas en partageant vos spots de snorkeling préférés dans le monde entier!

AJOUTEZ UN SPOT

où les VOIR?

Découvrez sur quels spots de cette destination vous aurez le plus de chances de voir l’espèce que vous souhaitez.