Contrairement à de nombreuses autres activités aquatiques, l’équipement de snorkeling est très simple : un masque, un tuba, et des palmes suffisent pour se mettre à l’eau et explorer les fonds marins. Pour gagner en confort, en plaisir et en sécurité, vous pouvez cependant compléter votre équipement. Cette page est là pour vous aider bien choisir votre matériel, afin de vivre les meilleures expériences possibles.

L’essentiel MASQUE, TUBA ET PALMES
Le masque est la pièce maitresse de votre équipement. Il a deux fonctions : vous permettre de voir sous l’eau, et empêcher l’eau d’entrer dans vos narines (en snorkeling, on respire uniquement par la bouche).

L’une des données essentielles de votre masque est le champ de vision qu’il offre. Plus celui-ci est large, plus vous aurez une vision confortable des fonds marins. Il est recommandé d’utiliser des masques avec des angles de vision d’au moins 100° en horizontal, et 90° en vertical.

L’aspect de la jupe en silicone, qui entoure les verres et vient se plaquer sur votre visage, est aussi à prendre en compte. Transparente, elle laissera entrer beaucoup de lumière. Noire et opaque, elle vous protègera d’une trop forte luminosité et de la réverbération, surtout en milieu tropical.

Certains masques sont équipés d’une valve permettant l’évacuation de l’eau qui pourrait s’infiltrer dans le masque, simplement en expirant de l’air par le nez, dans le masque.

Enfin, la qualité du verre est aussi importante. Il peut être traité contre les reflets, les UV, les chocs, la buée, les rayures… A vous de faire votre choix en fonction de vos préférences et de vos pratiques.

Le tuba vous permet de respirer tout en gardant votre visage dans l’eau, afin de pouvoir observer en continu les fonds marin.

Nos conseils :

Choisissez un tuba équipé d’une soupape, qui permet d’évacuer facilement l’eau du tuba en soufflant, notamment après une plongée en apnée. Les tubas non équipés de soupapes permettent aussi cette manœuvre, mais elle est moins aisée.

Choisissez un tuba avec un embout (la partie du tuba que vous gardez entre vos dents) en silicone souple, plus confortable que les embouts durs, surtout pour de longues explorations.

Enfin, choisissez un tuba flexible et relativement large, afin de faciliter la respiration et l’adaptation à votre morphologie.

Les palmes permettent de faciliter votre déplacement dans l’eau, et de gagner en sécurité. Les caractéristiques des palmes que vous choisirez dépendront de votre pratique.

Pour des explorations occasionnelles, sur de courtes distances et dans une mer calme, des palmes courtes suffisent. En revanche, pour une pratique plus régulière, sur de longues distances et/ou dans des zones de courant, ou encore pour pratiquer l’apnée, préférez des palmes longues (70cm environ) et souples, de type palmes de plongée, qui renforceront d’autant votre puissance dans l’eau.

Plusieurs types de chaussons existent (adaptés à une taille particulière ou ajustables à l’aide d’une sangle). Quel que soit votre choix, essayez-les avec soin, car votre confort dans l’eau en dépendra.

Pour plus de plaisir et de sécurité

Ces masques « 2 en 1 » remplacent à la fois le masque et le tuba traditionnels. Leur port est considéré comme plus agréable par de nombreux snorkeleurs, car ils couvrent tout le visage et permettent de respirer naturellement par le nez ou la bouche sans avoir à « mordre » dans un tuba. Ils sont généralement conçus pour qu’il n’y ait pas de formation de buée à l’intérieur du masque.

Ces masques sont certainement les plus adaptés pour débuter en snorkeling ou pour ceux qui veulent se contenter d’explorer le monde sous-marin depuis la surface. Cependant, ils sont à éviter si vous voulez plonger en apnée, même à faible profondeur. En effet, le volume d’air présent dans le masque est plus important que pour un masque traditionnel, ce qui rend la descente bien plus difficile. Mais surtout, sans accès à votre nez, vous serez dans l’impossibilité d’égaliser la pression dans vos oreilles, ce qui est fortement déconseillé.

Certains masques « full face » ont un socle pour y fixer une action cam.

Pour plus de confort et de sécurité
Les combinaisons (ou rashguard, bodys) sont conçues pour vous protéger du froid, du soleil, et des blessures en cas de contact avec des rochers ou des coraux. Elles peuvent couvrir uniquement le haut du corps (à manches longues ou à manches courtes), ce qui est généralement suffisant, ou son intégralité (combinaison complète). A vous de choisir.

Dans tous les cas, choisissez une combinaison anti-UV, car votre corps (nuque, épaules, dos, arrière des cuisses, mollets) est particulièrement exposé au soleil lorsque vous vous trouvez dans l’eau.

Adaptez l’épaisseur de la combinaison en fonction de la température de l’eau. Si une épaisseur de 3mm suffit en mers tropicales et en été (eau à +/-25°C), préférez une combinaison de 5mm en mers tempérées (eau à +/-20°C). Dans une eau dont la température est inférieure à 15°C, privilégiez une épaisseur de 7mm, car votre corps se refroidira très vite.

La buée dans le masque est un problème récurrent pour les pratiquants de snorkeling. Elle se produit par condensation en raison de la différence de température entre l’air situé à l’intérieur du masque, chaud et humide, et l’eau, plus froide, au contact de la vitre.

Si des techniques artisanales existent (telles que l’utilisation de salive, de dentifrice ou de liquide vaisselle, peu écologiques), de nombreux équipementiers ont développé des lignes de produits anti-buée. Quelques gouttes étalées à l’intérieur des verres garantissent généralement une exploration sans problème de buée. Préférez des produits éco-responsables, afin de ne pas rejeter de substances nocives dans les milieux naturels lors du rinçage de votre masque.

Si vous faites du snorkeling seul et que vous ne souhaitez pas laisser vos affaires sur la plage, ou encore dans le cas de randonnées dans lesquelles vous suivez la côte sans revenir à votre point de départ, il peut être utile de vous équiper d’un sac étanche. Celui-ci, sanglé à votre poignet ou à votre taille, flottera à vos côtés pendant votre randonnée.

Nous conseillons des sacs cylindriques, avec fermeture par roulement. La capacité dépend du volume d’affaires que vous souhaitez y mettre, mais 25 à 40 litres suffisent généralement. Il ne faut pas que ce sac soit trop volumineux, afin de ne pas vous contraindre dans vos mouvements.

L’un des plus grands dangers en snorkeling, c’est le soleil. Toute la partie arrière du corps est fortement exposée au soleil pendant une exploration. La fraicheur de l’eau fait disparaître la sensation de chaleur, et l’effet loupe de l’eau sur la peau renforce encore la puissance des UV. En alternative ou en complément à une combinaison anti-UV, pensez à utiliser une crème solaire d’indice élevé (40 à 50, voire 60) sur les parties non couvertes de votre corps. Crémez-vous avec soin, notamment, la nuque, le dos, l’arrière des cuisses, l’arrière des genoux et les mollets. Pour limiter votre impact sur l’environnement, utiliser des crèmes solaires écologiques. De nombreux fabricants proposent désormais ce type de produits, en phase avec l’esprit snorkeling.
En snorkeling, le spectacle est tel qu’il est rapidement tentant d’emporter avec soi des photos souvenirs. Le marché des appareils photos et caméras étanches s’est largement démocratisé et élargi ces dernières années. Consultez notre page matériel photo pour faire votre choix.
Les enfants, les débutants ou les personnes peu à l’aise dans l’eau pourront s’équiper d’un gilet flottant, ou d’une bouée allongée à placer sous la poitrine, afin de flotter en étant plus rassuré.

Si vous pratiquez le snorkeling hors des zones de baignade et/ou dans des zones de circulation d’embarcations, il est recommandé (et souvent obligatoire suivant les pays) de vous signaler à l’aide d’une bouée flottante équipée d’un pavillon de plongée (rouge avec une diagonale blanche).