L’Étang de Thau est l’un des trésors cachés du snorkeling dans le sud de la France. Cette lagune d’eau salée, séparée de la mer Méditerranée par un cordon dunaire, abrite en effet une vie sous-marine exceptionnelle et atypique. Pour la découvrir, direction le spot du Ponton de la Bordelaise, situé sur la rive Est de l’étang. En préparant bien votre sortie, vous aurez de grandes chances d’y observer des hippocampes (les véritables « stars » de Thau), mais aussi des syngnathes, des nudibranches, des grandes nacres et plusieurs espèces de poissons de roche.

Itinéraire

Le Ponton de la Bordelaise est situé à l’extrémité Est de l’Etang de Thau, entre Sète et Balaruc. Depuis ces deux villes, comptez une dizaine de minutes en voiture pour rejoindre le spot. Si vous partez de Sète, empruntez la D2 direction Balaruc, et sortez juste après le pont qui enjambe le canal du Rhône à Sète. Au stop, tournez à droite ; vous apercevrez alors, après une centaine de mètres, un chemin de terre qui longe le canal. Empruntez-le sur environ 150m et garez-vous sur le parking. Si vous arrivez d’une autre direction, aidez-vous d’une application de géolocalisation pour trouver ce chemin (coordonnées ici). Une fois sur le parking, longez à pied le canal sur environ 500m jusqu’au petit phare rouge et blanc construit au bout de la digue. De là, vous apercevrez le fameux ponton sur votre droite.

Carte snorkeling au Ponton de la Bordelaise, Etang de Thau

Un paramètre important est à prendre en compte avant de partir à la découverte de la lagune : dans ce milieu relativement fermé, les variations de température de l’eau influencent fortement la visibilité sous-marine. Il est de fait conseillé de s’y rendre au printemps (en avril-mai), lorsque l’eau est encore suffisamment fraîche, pour avoir les meilleures chances de pouvoir explorer le spot. A partir de fin mai/début juin, les algues se multiplient avec la hausse des températures, et la visibilité se dégrade (2 à 4m en moyenne). En plein été, la visibilité peut être nulle et vous contraindre à renoncer à vous mettre à l’eau. L’été est également la période où l’étang peut connaître des invasions de méduses, difficilement prévisibles, qui peuvent vous contraindre à annuler votre session.

Mise à l’eau

Mettez-vous à l’eau au pied du phare, face au ponton. Des paliers en béton permettent de s’asseoir et de s’équiper, avant une entrée progressive dans l’eau. A savoir : le ponton de la Bordelaise est situé dans une zone industrielle. L’eau n’y est donc pas toujours très propre, et des déchets s’accumulent parfois sur le rivage.

Syngnathe au Ponton de la Bordelaise, Balaruc

Exploration

Le spot couvre la zone située entre la digue du canal (où se trouve le point de mise à l’eau) et le ponton, distants d’une centaine de mètres. Si la hauteur d’eau est faible aux abords de la digue et du rivage (0,5-2m), elle atteint 3 à 4m au centre de la zone ainsi que sous le ponton. Nous vous conseillons ainsi de longer la digue, puis le rivage, pour rejoindre le ponton, afin de rester dans les zones peu profondes idéales pour le palmes-masque-tuba.

Les fonds sont principalement rocheux. Ils sont par endroits couverts d’algues, de branchages, et de restes d’épaves de bateaux. De nombreux oursins, anémones de mer, sabelles et quelques grandes nacres y sont fixés.

Blennie-paon au Ponton de la Bordelaise, Sète

L’observation des hippocampes est la principale attraction de ce spot. Ils peuvent être présents dans toute la zone. En cherchant un peu, vous aurez de grandes chances d’en trouver, même si leur abondance peut varier d’une année sur l’autre. La principale difficulté est de les distinguer des algues, branches et rochers auxquels ils s’accrochent avec leur queue préhensile, et avec lesquels ils se confondent parfaitement. Même si les hippocampes affectionnent en général des profondeurs de 1 à 3m, il est possible d’en trouver également dans les parties les moins profondes. Plusieurs observations ont par exemple été rapportées juste au pied du phare, dans les rochers (0.5-1m). L’espèce d’hippocampe la plus abondante dans l’Étang de Thau est l’hippocampe moucheté (qui mesure 10 à 15cm de long), l’hippocampe à museau court y étant beaucoup plus rare.

Hippocampe moucheté en snorkeling à l'Etang de Thau

Si les hippocampes sont sans doute la principale raison de votre visite, vous découvrirez rapidement au fil de votre exploration que l’Étang de Thau abrite bien d’autres merveilles. C’est notamment l’endroit idéal pour observer plusieurs espèces de syngnathes, des poissons filiformes au corps osseux, cousins de l’hippocampe. Le syngnathe aiguille est souvent surpris en train de « ramper » sur le substrat, tandis que le syngnathe de lagune nage lui en pleine eau, parfois juste sous la surface. Plusieurs espèces de nudibranches vivent dans l’étang, notamment l’hervia pèlerine, très colorée, qui mesure 3 à 5cm seulement. On la trouve en général à partir de la fin du printemps sur les rochers couverts de petites algues. Des lièvres de mer, bien plus gros, sont aussi régulièrement observés en été. Le blennie paon, dont on reconnaît les mâles à la bosse qu’ils possèdent sur le haut du crâne, est sans doute le poisson le plus facile à observer -et à photographier- sur ce spot. Plusieurs autres espèces de blennies et de gros gobies sont aussi communes dans les rochers. Une fois arrivé sous le ponton, jetez un œil aux piliers immergés : certains dont couverts de sabelles, des vers marins vivant dans des tubes et ouvrant de superbes panaches en forme de fleurs pour se nourrir.

Des bateaux peuvent circuler dans la zone, ne dépassez pas le bout de la digue ou du ponton, et signalez-vous. Ce spot est très fréquenté par les plongeurs bouteille. Soyez très attentif, notamment lorsque la visibilité est moyenne.

Hébergement et restauration

Ce spot est situé à proximité d’une zone industrielle et de terrains vagues. Vous n’y trouverez aucune possibilité de restauration ou d’hébergement. Sète et les villages qui bordent l’Étang de Thau offrent toutes les commodités nécessaires si vous souhaitez séjourner à proximité.

 

  • Niveau requis Intermédiaire
  • Profondeur max.4m
  • Entrée dans l'eauDepuis des marches en béton
  • Dangers potentielsCirculation de bateaux, invasions de méduses
  • Plage surveilléeNon
  • FréquentationMoyenne
  • Coût d'accèsGratuit
  • Restaurants à proximitéNon
  • Toilettes publiquesNon

CARTE Spot

Ces spots conviennent aux personnes à l’aise dans l’eau et avec leur équipement de snorkeling. La mise à l’eau se fait depuis le rivage (plage, ponton, échelle, rochers) ou un bateau. La hauteur d’eau reste modérée, sans nécessairement que l’on ait pied. Ces spots peuvent connaître même par mer calme des courants modérés, mais pas à même de déstabiliser un bon nageur. La distance à parcourir en palmant jusqu’aux zones les plus intéressantes n’excède pas 200m.

Ce niveau s’entend lorsque le spot bénéficie de conditions optimales, par temps et mer calme. Il n'est pas applicable en cas de dégradation de ces conditions, par exemple en présence d’une mer agitée, de vent fort, d’un courant inhabituel, de grandes marées, de vagues et/ou de houle, ou encore de pluie. Vous trouverez plus de détails sur la définition de ces niveaux en consultant notre page sur la sécurité en snorkeling.